Print Friendly, PDF & Email

par | 30 Jan 2018 | BS Management

 

Voilà un adage qui ne cesse de se vérifier au sein des entreprises. Cela (vite) dit, encore faut-il savoir si l’on mesure bien, au bon moment, avec quels outils et, surtout, avec quel objectif !

On ne peut en effet piloter la performance de son entreprise sans le support d’outils de pilotage. Nous sommes les premiers à proposer des formations dans ce sens.

Cependant L’outil suffit-il et à quoi sert-il, exactement ?

Combien de fois ai-je rencontré des décideurs démunis à l’idée de prendre la bonne décision stratégique, mentalement stressés, alors que leur bureau croulait sous les  outils de mesure, tels que bilan, compte de résultat, rapport d’audit, fichiers Excel, analyse graphique, etc…. En l’occurrence, contrairement à ce que dit le proverbe, abondance de biens nuit…

Le nœud du problème est que, s’il n’est pas intégré dans une réflexion stratégique globale, l’outil de mesure ne sert à rien.

Les bonnes questions, dans le bon ordre !

Avant de mesurer, il est donc indispensable d’analyser sa situation spécifique et de définir avec acuité ses objectifs stratégiques. Il s’agit ici d’appliquer le fameux : « D’où je viens, Qui je suis ? Où vais-je ? »

Qu’est-ce que je souhaite exactement améliorer ? A quelle échéance ? De quelle façon s’agit-il d’agir ? S’agit-il de stabiliser ma situation ? De progresser ? Dans quelle mesure ? 10, 20, 50 % ?…

La bonne réponse obtenue se pose alors, et alors seulement, la question de la mesure et de son outil. Quel est celui qui va me renseigner judicieusement sur ma situation dans « l’ici et maintenant » et avec quel outil pourrai-je établir des projections fiables ?

Quelles sont les données dont j’ai besoin ? Où dois je récupérer la bonne information ? etc, etc…

Le chef d’entreprise est  trop souvent confronté à des décisions qu’il porte seul.

Il est indispensable qu’il possède ses propres outils, afin de piloter financièrement son entreprise et l’améliorer, mais il doit rester in fine le véritable pilote, y compris de ses outils de mesure. Un avion, d’ailleurs, est conçu pour se remettre de lui-même en bonne position suite à une faible perturbation. En revanche, l’intervention du pilote est indispensable lorsque la perturbation est plus importante. Et, comme on dit, par beau temps, tout le monde est bon capitaine…

Mais si le pilote est assisté, humainement et technologiquement, le chef d’entreprise, lui, prend le plus souvent ses décisions au cœur d’une solitude qui porte en elle le germe de l’insupportable. Souvent on gère, mais à quel prix ? Stress dommageable, vie personnelle oubliée, vie de famille gâchée, vie sociale aux oubliettes…

Tout particulièrement conscients de l’enjeu capital que cela représente, nous sommes les premiers à proposer des formations puissantes dans ce sens. Comme nos autres produits, elles se caractérisent par une théorie réduite au minimum, au profit de la pratique, nourrie par la grande expérience des membres de notre équipe. Traditionnellement, elles sont résolument focalisées sur la problématique du manager et sur ses besoins, à court, moyen et long terme, tant il est vrai qu’il s’agit pour l’entreprise de s’inscrire dans la durée.

La semaine prochaine, ne manquez pas notre publication ici, car nous vous présenterons de façon détaillée notre atelier « Piloter financièrement son entreprise », qui a déjà largement démontré en quoi ses apports étaient précieux.

Copyright Pixabay